Libérez vos mots, lisez sans limite ! Publiez et découvrez gratuitement

Accueil > Littérature > Le prodige qui s’avilit

Littérature

Le prodige qui s’avilit

Eliane Ndounkeu (Auteur)

Nombre de pages en A4 : 43

Version publiée le 5 octobre 2013

Les statistiques du livre

499 lecteurs ont feuilleté le livre

414 lecteurs ont inclus ce livre dans leur bibliothèque.

Evaluer le livre "Le prodige qui s’avilit"

2 votes

Note Moyenne

4/5 sur 2 votants

Thème :
Littérature

La quatrième de couverture

Les personnes prodiges qui s’avilissent sont celles qui « sont l’ouvrage de la main des hommes. Elles ont une bouche et ne parlent point, Elles ont des yeux et ne voient point, Elles ont des oreilles et n’entendent point, Elles ont un nez et ne sentent point, Elles ont des mains et ne touchent point, Des pieds et ne marchent point, Elles ne produisent aucun son dans leur gosier »

La première page

en cours de rédaction
  

Biographie de Eliane Ndounkeu

Je suis écrivaine, chercheure en droit et consultante en droit et développement personnel.

Autres(s) parution(s) de l'auteur

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

Dans le même rayon :
Littérature

Nouvelles d'Outre-tombe

Nouvelles d’Outre-tombe

De la Genèse de la Terre et de l’Homme jusqu’à ces belles villes modernes de Saxe allemande ... que de chemin parcouru par Ludwig Jünger, jeune écrivain néophyte qui déroule ses nouvelles au fil des pages pour mieux dépayser le lectorat dans (…)

2015 - 2016 : TRANCHE DE VIE

2015 - 2016 : TRANCHE DE VIE

Il y a d’abord un portrait bien campé du personnage. “ La sortie du nouveau roman du célèbre Prix Goncourt 2010, Velazquez au Grand Palais, Léa Seydoux dans James Bond et le premier film de Jamel Debbouze, sans compter l’inauguration de la Philharmonie de (…)

Les galéjades "Football illustrées"

Les galéjades "Football" illustrées

Mais qu’est-ce que la galéjade ? Notre grand écrivain Jean Aicard écrit dans son livre « Le rire de Maurin des Maures » : « Elle est plus facile à peindre qu’à bien définir, la Provence joyeuse. Qu’est-ce qui la fait le plus rire, d’un rire qui n’est (…)