Libérez vos mots, lisez sans limite ! Publiez et découvrez gratuitement

Accueil > Classique > Le Monde perdu

Le Monde perdu

Le Monde perdu

Sir Arthur Conan Doyle (Auteur)

Nombre de pages en A4 : 218

Version publiée le 24 janvier 2012

Les statistiques du livre

3095 lecteurs ont feuilleté le livre

1228 lecteurs ont inclus ce livre dans leur bibliothèque.

Note Moyenne : 4.33/5 sur 12 votants

Evaluer le livre


Thème : Classique

La quatrième de couverture

M. Hungerton, son père, n’avait pas de rival sur la terre
pour le manque de tact. Imaginez un cacatoès duveteux, plumeux,
malpropre, aimable certes, mais qui aurait centré le
monde sur sa sotte personne. Si quelque chose avait pu
m’éloigner de Gladys, ç’aurait été la perspective d’un pareil
beau-père. Trois jours par semaine je venais aux Chesnuts, et il
croyait dans le fond de son coeur que j’y étais attiré uniquement
par le plaisir de sa société, surtout pour l’entendre discourir sur
le bimétallisme ; il traitait ce sujet avec une autorité croissante.
Un soir, j’écoutais depuis plus d’une heure son ramage
monotone : la mauvaise monnaie qui chasse la bonne, la valeur
symbolique de l’argent, la dépréciation de la roupie, ce qu’il appelait
le vrai taux des changes, tout y passait.

La première page

en cours de rédaction
  

Biographie de Sir Arthur Conan Doyle

Arthur Conan Doyle est né à Edimbourg le 22 mai 1859, d’un père anglais et d’une mère irlandaise. Il suit son école primaire à l’école des jésuites de Hodder Place. A 9 ans, Conan Doyle intègre le collège de Stonyhurst. En 1875, il quitte le collège et devient agnostique. De 1876 à 1881,...

Autres(s) parution(s) de l'auteur

Le signe des quatre

Le signe des quatre

Sherlock Holmes prit la bouteille au coin de la cheminée puis sortit la seringue hypodermique de son étui de cuir. Ses longs doigts pâles et nerveux préparèrent l’aiguille avant de relever la manche gauche de sa chemise. Un instant son regard pensif (…)

2012

Une Étude en rouge

Une Étude en rouge

En 1878, reçu médecin à l’Université de Londres, je me rendis à Netley pour suivre les cours prescrits aux chirurgiens de l’armée ; et là, je complétai mes études.

2012

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

Dans le même rayon : Classique

Le Monde perdu

Le Monde perdu

M. Hungerton, son père, n’avait pas de rival sur la terre pour le manque de tact. Imaginez un cacatoès duveteux, plumeux, malpropre, aimable certes, mais qui aurait centré le monde sur sa sotte personne.

L'avare

L’avare

Hé quoi, charmante Élise, vous devenez mélancolique, après les obligeantes assurances que vous avez eu la bonté de me donner de votre foi ? Je vous vois soupirer, hélas, au milieu de ma joie ! Est-ce du regret, dites-moi, de m’avoir fait heureux ?

L'Évangéliste

L’Évangéliste

C’est un retour de cimetière, au jour tombant, dans une petite maison de la rue du Val-de-Grâce.