Libérez vos mots, lisez sans limite ! Publiez et découvrez gratuitement

Accueil > Littérature > Je languis de toi...

Je languis de toi... Je languis de toi...

Je languis de toi...

Carmen (Auteur)

Nombre de pages en A4 : Nombre de Pages : 3

Version publiée le 8 décembre 2006

Les statistiques du livre

2799 lecteurs ont feuilleté le livre

1051 lecteurs ont inclus ce livre dans leur bibliothèque.

Evaluer le livre "Je languis de toi..."

2 votes

Note Moyenne

4/5 sur 2 votants

Thème : Littérature

  

La quatrième de couverture

C’est le récit de la plus belle et intense infamie, d’une succulente trahison, d’une douleur extatique, d’un abandon des plus majestueux. C’est le récit du regard de braise qui naguère m’accrocha et grâce auquel un linceul m’emmitoufla …

La première page

Prix : GRATUIT

Biographie de Carmen

Carmen est un auteur qui a décidé de publier sur Edition999 un ou plusieurs ebooks gratuits. Le Livre "Je languis de toi..." est pour l’instant son seul ebook gratuit publié sur le site Edition999.info. La littérature partagée est son objectif. Carmen fait partager un moment de son univers...

Autres(s) parution(s) de l'auteur

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

7 discussions

  • 25 janvier 2007, par Daniel Fattore

    J’adore la richesse du vocabulaire (que de mots trop rarement lus ailleurs...), l’exubérance du verbe, la phrase qui s’étend et s’éclate en belles images. C’est riche, c’est fort même, c’est un texte qui fonctionne, dans sa préciosité même.

    Attention à l’orthographe, s’il fallait un bémol...

  • 4 janvier 2007, par Pauline

    Je suis peut-être bête mais j’ai relu 4 ou 5 fois ce récit et je n’arrive toujours pas à comprendre la chute de ce récit...C’est peut-être que, comme le dis Sharyann,il y a trop d’effets de style dans ce texte, trop de "feux d’artifices",ce qui, au final, étouffe un peu l’histoire, la cache par tous ces effets...sinon,bonne idée et bonne description de la douleur de l’amour perdu...et quan même de bon effets de style, même si un peu trop exessifs...

  • 29 décembre 2006, par Kentucky

    Je trouve que Sharyann exagère un peu en disant que cette nouvelle est "mièvre" mais c’est vrai que quelque chose y sonne faux.
    A part ça j’ai bien aimé.

  • 18 décembre 2006, par Pierre Collignon

    Et bien moi je ne suis pas d’accord avec Sharyann, ce qui fait de ton texte un bon texte c’est justement son style, cette sucession d’images, de belles formules parce que le sujet en lui reste tres "bateau" si tu me passes l’expression... Les chagrins d’amour tout le monde en a connu mais peu ont reussis à l’exprimer comme tu l’as fait.

    • ^ 28 décembre 2006, par Sharyann ;

      Et tu ne trouves pas, Pierre, que cette "succession d’images et de belles formules ect ) est justement trop poussée, trop exagérée, et jusqu’à donner un ton faux à ce récit ( ce qui est dommage) ?
      Ce n’est bien sur que mon avis d’un humble lecteur mais si encore cette fois tu n’es pas d’accord, expliques toi plus en profondeur s’il te plaît. :)

  • 21 décembre 2006, par saliou kamara

    je trouve le recit très poétique.

  • 17 décembre 2006, par Sharyann ;

    Le début est pas mal raconté et construit mais je n’aime pas la suite. Même après 3 lectures consécutives, à mes yeux elle est restée mièvre. Je trouve ton style trop recherché, et ça gâche pas mal de choses.

Dans le même rayon : Littérature

Les Florins du Grand Oeuvre

Les Florins du Grand Oeuvre

Premier volet d’une trilogie uchronique. L’homme en face dédaigna l’offre, dodelina légèrement de la tête. Déjà que le gîte était à sa disposition depuis deux semaines, à titre gracieux et sans caution préalable… alors pourquoi abuser de cette charité, (…)

L'étrange aventure de Chocolat Olé

L’étrange aventure de Chocolat Olé

Nom : Olé. Prénom : Chocolat. Âge : âge de l’auteur. Cela évitera de commettre des erreurs psychologiques, peut-être. Profession : mal à son poste. Mais bien dans sa peau. Cela évitera la banalité. Je l’espère. Ou de décrire des états d’âme fort (…)

J'eus mal

J’eus mal

Le drame de deux frères séparés à la fois par une maladie et une femme.