Libérez vos mots, lisez sans limite ! Publiez et découvrez gratuitement

Accueil > Histoire courte > Grotte Marine

Grotte Marine

Sylvie de Monte (Auteur)

Les statistiques du livre

Evaluer le livre "Grotte Marine"

8 votes

Note Moyenne

5/5 sur 8 votants
1 avis
363 lectures

 Lire votre livre en ligne gratuitement

Les premiers jours, tout se passa bien.

Tu voulais résolument croire qu’il n’occuperait ta grotte de varech et de pierre que quelques temps.

Comment était-il venu là ?

Par quel vent avait-il été poussé ? Peu importait …
Tu te contentas d’éviter soigneusement le sentier qui menait à Crève- Cœur : tu risquais d’y rencontrer l’homme et, au fond, tu n’y tenais pas et tu tenais à croire au provisoire de la situation.

Peu, au village, connaissaient cette grotte.
Elle ouvrait sa fenêtre à flan de falaise, et ceux qui en savaient l’existence t’en avaient abandonné la jouissance, tant on connaissait ton goût pour la solitude et l’étrange.

Alors tu en avais fait ton antre.
Tu venais tous les jours passer là une heure ou deux, face à l’océan, la pipe aux lèvres. Tu écoutais battre les vagues. Tu prenais les messages du Temps.

Cela aurait pu continuer ainsi toujours. Mais ç’avait été compter sans lui.
Au début, l’homme se portait bien.
Il venait chaque semaine au village faire provision. Il choisissait soigneusement.
Il payait et repartait.

Toi, tu t’inquiétais pour ta grotte.

Tu pensais qu’après son départ, tu devrais la débarrasser des papiers gras, des boîtes de fer, des bouteilles brisées que l’homme n’aurait pas manqué d’y laisser traîner.

Tu avais peu de foi en l’espèce humaine.

Aussi en vins-tu à vouer à l’homme une haine viscérale. Bientôt on ne le vit plus ailleurs que sur la plage.
Toi, tu te disais qu’un tel gaillard aurait bien pu trouver du travail.

Un jour, tu t’approchas un peu plus près. Tu le trouvas considérablement amaigri.
Assis au soleil, il mangeait quelques coques et bernicles.

Tu ne compris pas ce qui te poussa à déposer à l’entrée de la grotte un gros pain rond et un pichet de ton vin.
Tu le fis.
C’est tout.

Tu surveillas de loin la réaction de l’homme.

Il sortit plusieurs fois de la grotte et scruta les alentours.

Ajustant tes jumelles, tu constatas que son visage exprimait la colère et l’offense.

Tes sentiments à son égard en furent ébranlés. C’est alors que la tempête fit rage.
Toi, tu te mis à rêver pour l’homme.
Tu irais demander à la mère Pointar si elle voulait de l’aide pour son jardin.

Ce n’était rien de demander.

Le père François n’aurait-il pas besoin de main-d’œuvre pour la maçonnerie ?

Même le curé saurait occuper un nouveau bedeau .

Tu rêvas ainsi pour lui le temps que durèrent le vent et les vagues. Tu faisais des projets.
Tu irais au devant de l’homme et tu lui dirais, tout fier : - « Voilà ! J’ai trouvé ça pour toi ! »

Quand la tempête se calma enfin, tu courus sur la plage, le cœur léger. La mer refluait.
Soudain, tu te pris la tête entre les mains. Ton cri affola les mouettes.
Tu tombas à genoux.

Tu te demandais pourquoi, oui, pourquoi c’était à toi de contempler, en premier, ce visage bleui, abîmé par les ressacs , pourquoi l’océan t’offrait , à toi, la primeur de ce cadavre ?

⚠️ Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Sylvie de Monte

 Ambassadeur Edition999

Après quelques publications de nouvelles, je tente le roman. Sans prétention.

 Lire son interview

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

ARC EN CIEL

Personne ne connut par quel miracle elle sut tenir cette âme d’oiseau loin de la peine, roulant pour les fraîches nuits un nid de laine fait d’une vieille chaussette, laissant tomber de son déjeuner les nécessaires miettes, qui toujours le ramenaient, là, (…)

2024

La vérité sous le tapis

Deux mouches à damier sont venues parader sous mon nez. Un cynips en quête d’une tige d’églantier m’a fait loucher, comme en apesanteur. Un bombyle m’a fait l’honneur de son vol stationnaire, puis il est allé ailleurs voir son bonheur, dans ce monde si (…)

2023

ToBe à La Plage

"...et aboyer, et aboyer encore, comme ça, sans raison, simplement parce qu’on est content de son espèce toute entière, parce qu’on se trouve plus fort que le monde entier, et qu’on est content, content, content... Puis se rouler les uns sur les autres...

2023

Une chaise au soleil

Elle ne savait pas qui, un jour, l’avait abandonnée dans ce galetas qui sentait la vieille poussière froide. Parfois un rai de lumière arrivait de nulle part.

2022

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

1 discussion

  • 23 février 2022, par BROUDIC Armelle

    Ma grotte à moi ! Mon antre !
    Finalement elle ne peut pas être partagée !
    C’est à toi, à moi ou à persone.
    Mais que personne ne vienne me déranger, ni même m’aider si je n’appelle pas à l’aide.
    Comment faire pour mourir tranquille ?

 Dans le même rayon : Histoire courte