Aodren MARCH’OC

Origine de l'auteur : La France

 Auteur ambassadeur chez Edition999

Je suis amateur de littérature et passionné par la musique en tout genre.
Curieux et optimiste par nature, je suis marié et père de deux enfants.
J’ai passé la plus grande partie de mon temps à sillonner la métropole, mais aussi d’autres lieux sous diverses latitudes, au gré de mes pérégrinations professionnelles ou privées.
La diversité des postes occupés, la multitude des situations rencontrées, parfois dures et complexes, m’ont appris à relativiser les méfaits du temps et à considérer qu’il y a, en règle générale, une solution à tous les problèmes. L’écriture est pour moi un espace de liberté totale, une activité complémentaire à l’action. Elle m’offre la possibilité de communiquer et de partager.
J’ai écrit un premier roman d’anticipation édité à compte d’éditeur par les éditions œil critik, actuellement en vente sur amazon.
https://www.amazon.fr/Monde-Après-Aodren-Marchoc-ebo...

J’ai d’autres projets d’écriture en cours :
- un recueil d’histoires courtes mettant en scène des animaux ou des objets. Chaque histoire est différente et basée sur des dialogues. L’humour y prédomine.
- un roman fantastique, traité sur un mode humoristique, opposant des personnes âgées et des korrigans.
- un roman policier.


    Edition999 vous présente sa page : En attente

Edition999 rencontre Aodren MARCH’OC

Comment écrivez-vous ?
J’apprécie les lieux publics, comme un bar ou une terrasse. Je me sers toujours de mon ordinateur. C’est mon outil, presque un compagnon. L’écriture, ce n’est pas forcément une activité constante. Il y a des moments (rares) où je n’ai pas envie d’écrire et d’autres, où je me sens comme une marmite en ébullition. Je n’ai pas besoin d’être isolé. J’ai besoin de la vie autour de moi.
Pourquoi écrivez-vous ?
J’aime observer le monde, les gens, la vie et ses perspectives. J’aime imaginer des personnages, les mettre en situation, les faire vivre. J’aime créer des univers de toutes pièces. C’est ce que j’ai fait dans mon roman "Le monde après", mon premier roman d’anticipation, . C’était un travail énorme., mais passionnant.
D’où vous vient votre passion d’écrire ?
Petit, je rêvais d’écrire. J’ai fait des études scientifiques et j’ai mis de côté ce rêve. Puis, grâce à mon expérience professionnelle, j’ai acquis une certaine aisance sur divers points, la conception, l’organisation et l’écriture. Un jour, j’ai participé à un petit fanzine et j’ai commencé à écrire entre amis. Ca a été une révélation. Depuis, je n’arrête pas. S’il y a une chose qu’il faut retenir, c’est que beaucoup de personnes peuvent écrire, mais qu’elle ne s’autorisent pas à le faire, car elle doute d’elle-même. Tout le monde peut écrire. Il faut se faire confiance.
Comment vous vient le sujet d’une nouvelle ou d’un roman ?
Ce que je vois m’inspire, les personnes, les lieux, des paroles, des situations, pleins de choses en apparence anodines, mais qui permettent à mon imagination de divaguer. Je saisis quelque chose à la volée et je dérive. Ca peut être très sommaire au début, mais à force de la travailler, et ça va parfois très vite sans que je sache pourquoi, l’idée prend forme et devient très précise. Ensuite, dès que je peux, je la met par écrit. Je n’ai pas de période propice pour écrire. Ca peut être n’importe quand et n’importe où. Mais i faut distinguer le travail de forge des idées, de celui du travail d’écriture proprement dit. L’idée, c’est une toute petite part de l’ensemble. Il faut ensuite trouver un objectif, un scénario qui sera remanié de nombreuses fois. vient ensuite la apte rédaction et c’est le lus long. Chaque phase est passionnante.
Quels sont vos écrivains préférés ?
Georges Orwell, Barjavel, Edgar Allan Poe, Jules Verne. Les univers fantastiques de ces auteurs sont une source d’inspiration.
Quel est votre mot préféré
Amour. L’amour est désintéressé par nature. J’y trouve des corollaires que j’aime, la bienveillance, l’amitié, la solidarité, le souci des autres et la volonté de les rendre heureux.
Quel est votre drogue favorite ?
L’écriture. Je sais , ce n ’est pas très original, mais c’est la vérité. Quand j’écris, je suis dans mon monde, je m’évade loin d’ici. Je voyage en créant mes propres lieux et compagnons de route.
Si Dieu existe, qu’aimeriez-vous, après votre mort, l’entendre vous dire ?
Tu as été honnête et bon avec les autres. Ton passif n’est pas trop important et tes bonnes actions sont très correctes. Tu pourras continuer ton activité de divertissement au paradis pour rendre les âmes heureuses.
Pensez-vous que les critiques apportent à l’écrivain ?
Oui, si elles sont constructives. Il faut accepter la critique dès lors q’elle est mesurée et respectueuse, ce qui n’est pas toujours le cas. La critique pose question et permet de réfléchir.
Pourquoi avez-vous choisi de publier sur Edition999 ?
J’y ai trouvé un espace de liberté. Il a quelque temps déjà, j’y avais déposé mon roman "Le monde après" en lecture libre. J’ai été remarqué par une maison d’édition et j’ai été publié.
Avez-vous des projets en cours ?
Des projets, je n’en manque pas. Récemment, j’ai envoyé un recueil d’histoires courtes à des maisons d’édition.
Actuellement, je travaille sur un roman fantastique mettant en scène des personnes âgées et des Korrigans. ce projet est très avancé.
J’ai aussi commencé à travailler sur un roman policier (déjà bien avancé).
Je ne suis rarement à cours d’idée. de fait, je n’ai pas le temps de terminer un projet que j’ai déjà un autre projet sur lequel je commence à travailler.
Si vous désirez ajouter quelques mots aux lecteurs qui vont vous lire. C’est ici et maintenant.
Mon plaisir est simple, faire plaisir au lecteur. C’est pour moi, la plus belle des récompenses. Savoir qu’un lecteur à aimé ce que j’ai produit et que ça lui a permis de s’évader est tout ce qui compte. Le reste n’a pas d’importance.
Pour ceux qui le souhaitent, j’ai publié, à compte d’éditeur, un roman d’anticipation aux éditions Oeil critik (disponible sur Amazon). J’ai mis trois an pour l’écrire et la critique est très bonne. Ca m’encourage à continuer.

Bibliographie de Aodren MARCH’OC