Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Histoire courte > Pensées ne pouvant s’éviter…

Pensées ne pouvant s’éviter…

Gilbert Grevisse (Auteur)

Nombre de pages : 3

 Remercier Gilbert Grevisse

Les statistiques du livre


5 /5 sur 3 votants

424 lectures

Evaluer le livre


 Lire votre livre en ligne gratuitement

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Gilbert Grevisse

 Ambassadeur Edition999

Originaire des Ardennes ; Je vis au pays Basque ! J’ai 82 ans ; Suite à un AVC, en thérapie par l’écriture J’ai pris la plume et y ai pris goût ; De nature A rendre services, j’aimais partager mes qualités Sportives ; (Moniteur d’EPS) Désormais cela fait place A la « nostalgie » ce besoin de partager je l’extériorise Par écrit avec des sujets extrais de mon vécu (des sujets Qui ont de toujours fait échos de curiosité dans la tête De la jeunesse) et que j’ai moi-même vécu en son temps ! Je tente à (...)

 Lire son interview

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

Tome 2 : Les enfants du verseau seraient déjà là !

Puisque un Sage aurait dit « Reposes toi sous un tilleul son haleine fortifie ta paix intérieure !

2015

Evangélique AYA - Chapitre 33

Bonjour Yves, je te trouve sérieux et penseur... cela a l’air sérieux ! Bonjour Prêtresse, oui je pensais à ce que tu me dis, sur la vie, l’âme, l’esprit, le corps, la loi des contraires, le monde parallèle, (...)

2020

Peux-tu me dire Papy - Episode 7

Papy, le président vient de dire que l’on est en guerre, c’est impressionnant, toi Papy tu connais bien ça... qu’en dis-tu ?

2020

Evangélique AYA - Chapitre 32

– Bonjour Yves, je te vois effondré que se passe-t-il ? Bonjour Prêtresse, eh bien je suis abasourdi ! Tu m’as parlé de nos anciens qui croyaient que la terre était plate et voilà qu’à la "télé" on nous montre en conférence un groupe de personnes faisant une thèse (...)

2020

2 discussions

  • 7 août 2017, par Grevisse Gilbert

    Bonsoir Loly Era, vous me faites grand plaisir de vous intéresser à mes textes, et surtout de vous en exprimer ! Pour l’instant je profite dans mon (handicape) d’un petit créneau qui m’autorise pour l’instant à écrire avec lucidité ! Alors que j’ai des difficultés, au parlé et lecture de même je fatigue très vite en cérémonie, si j’ajoute une fébrilité de maîtrise en plus à l’âge... Donc par mes textes je m’approche de vous, cela me donne l’impression d’être encore utile ! Alors merci de me faire des remarques, c’est le meilleur des soutiens !
    Oui je m’efforcerais de lire votre ouvrage, au titre bien d’actualité ! Encore merci de votre plaisante attention, comptez sur mes intentions de vous être agréable... Gilbert Grevisse

  • 3 août 2017, par loly hera

    Bonjour, j’ai beaucoup aimé votre histoire qui évoque nos pensées qui nous permettent d’avoir une belle imagination. Merci pour ce partage
    je vous invite en retour à découvrir mon livre " En compagnie des robots,
    dans la catégorie jeunesse. Je vous souhaite une bonne après midi et au plaisir de vous lire à nouveau.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

 Dans le même rayon : Histoire courte

Ils ont gagné le Tour de France avant de mourir pour la France.

Tu t’appelais François Faber tu as gagné le tour de France en 1909 mais un jour en allant à notre dame de lorette dans le Pas-de-Calais j’ai appris ta véritable histoire car en lisant un livre de cyclisme j’avais vu ton nom dans les vainqueurs du Tour de France (...)

La culotte

Toujours à repousser, jusqu’au jour où il n’y eut plus de culottes.

Pour Fabio Casartelli

Tu t’appelais Fabio Casartelli, Tu as été champion Olympique, Tu t’appelais Fabio Casartelli, Tu aimais tant le tour de France, Mais tu es mort en course, Je sais que le Tour de France, Ne t’as jamais (...)

Seule face à l’harcèlement scolaire

Pour moi l’enfer du Nord ce n’est pas une course cycliste (Paris-Roubaix). Mais neuf mois de coups de brimades de vols de menaces de mort menaces sur mes parents trente cinq ans plus tard quand je passe devant mon ancien collège ou lors d’un suicide ou d’une (...)