632 vues

Fever

Nombre de pages : 222

Publié le 2 juin 2014

Bernard Tellez (Auteur)


Fever

Vivre un comportement à haut risque dans la durée, implique un contrôle exceptionnel. Si Rose en sait quelque chose, autant que Mike qu’elle a élevé et dressé au meurtre sur commande, lorsqu’elle contacte Renaud Gabier, elle croit revivre un temps qui n’est plus, comme si sa vie pouvait s’arrêter là. Ce dernier végétant dans le Sud de la France, revient à la vie après un accident quasi mortel. Il représente l’espoir pour Rose, comme Marit pour Mike, en Norvège. Leurs destins ne se croiseront plus, même si Marit n’est autre que Katia, la fille qu’une organisation mafieuse a ravi à Renaud, l’ami de Rose.

L’interview de Bernard Tellez

  • Avis (4)

    Vos commentaires

    • Le 28 juin 2014 à 15:59, par vins En réponse à : Fever

      On ne sort pas d’un coma de trois ans comme ça, en se remettant doucement. Un coma = une grave atteinte du cerveau et des séquelles allant de l’état de "légume" a des changements de la personnalité, des angoisses, de la dépression, des incapacités physiques, des troubles de la mémoire et de l’organisation etc ....

      A tous les auteurs : par pitié, le coma n’est pas le sommeil de la belle au bois dormant

      • Le 29 juin 2014 à 12:58, par Jean-Paul Desverchère En réponse à : Fever

        Vins, le tout est de savoir ce qui est préférable, l’imaginatif ou l’info. Les deux concepts sont à mon avis viable. Tout dépend de l’état d’esprit que l’on désire avoir au contact d’un écrit thématique. On peut rêver en s’informant.

      • Le 29 juin 2014 à 13:02, par Jean-Paul Desverchère En réponse à : Fever

        Lisez "Le matin des magiciens" de Jacques Bergier et Louis Pauwels et vous verrez les deux concepts réunis en un seul "Le réalisme fantastique".

      • Le 5 juillet 2014 à 09:38, par vins En réponse à : Fever

        Désolé, je ne vois pas le rapport entre le "réalisme fantastique" et ma remarque.
        Ce n’est pas parce que 99% des auteurs ne savent pas ce qu’est un coma et l’utilisent de facon erronée que cela doit devenir une vérité ou, pire, un "détail" sans importance pourvu qu’il serve dans l’histoire.
        Un mensonge mille fois répété devient-il une vérité ?

      Répondre à ce message

REDIGER UN AVIS
modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.