2653 ebooks gratuits

3350 avis

1040 auteurs

Edition999
Plateforme de lecture et publication gratuites

 3676 vues

NINE (2019)

Amalia Aguirre (Auteur)

Nombre de pages : 39

 Le mot de Amalia Aguirre pour NINE

NINE

Dans deux heures, approximativement (ma montre vient de rendre l’âme sur un tac (c’est bizarre, cet effet que je produis sur les montres (elles succombent toutes, les unes après les autres, à mon poignet (je dois être ensorcelée (peut-être devrais-je faire appel à l’exorciste du diocèse (ou épouser un horloger)))))), je débarquerai à Grenoble. Sans grande pompes ni fanfare pour m’accueillir sur le quai. Les Grenoblois ne savent plus vivre, ou ils n’ont pas conscience de la chance qu’ils vont avoir de me compter, un temps, parmi eux. C’est toujours un peu le problème quand on quitte les voies pavées de la civilisation pour s’embourber dans les ornières de la province. Je n’ai pas raison ?
(Non, non, tu n’es pas obligée de me faire remarquer que je ne suis qu’une snobe péronnelle.)

Pour ce qui est de moi, je ne cesse d’être éblouie par notre ballade irlandaise, et je me dis qu’autant j’aime à me la chanter (m’émerveillant sans fin d’en être l’une des deux protagonistes), autant tu sauras prendre plaisir à la lire sous ma plume. Et puis, ne l’ayant somme toute vécue qu’à la place de Nine, peut-être seras-tu parfois surprise par la version que t’en donnera Zoé...

Biographie de Amalia Aguirre

" J’aime écrire. J’aime particulièrement écrire des récits érotiques. D’aucuns diront pornographiques, mais je m’en fous (je ne vais pas me battre pour une épithète débile). Au plaisir de l’écriture se joint pour moi le plaisir de la relecture, car j’adore, ce faisant, imaginer l’impact que mes textes auront... "

 Lire son interview avec Edition999

Consultez la page Amalia Aguirre d'Edition999

Vos commentaires

1 commentaire

  • Le 30 mars 2019 , par Felice Graziano

    Vous écrivez vraiment bien. La richesse et le foisonnement du vocabulaire et des images, les clins d’oeil malicieux à votre grande culture, jamais pesante, votre ironie et aussi votre lyrisme sensuel, tout cela est une merveille. Votre récit est une vraie cavalcade ; avec panache vous entraînez le lecteur dans une sorte de complicité surprenante parce qu’après tout, tout le monde ne navigue pas dans les eaux que vous décrivez. Un vrai tour de force.
    Votre défaut ? Un certain abus des incises auto-référentielles, une sorte de manie du "selfie" qui, parfois, peut agacer ou en tout cas rompre un peu le rythme magnifique que vous donnez à votre récit.
    Compliments, Madame.