Mademoiselle Butterfly

Amalia Aguirre (Auteur)

Publié le 9 décembre 2018

 sur une moyenne de 349 votes

Thème : Littérature Erotique (-18)

Avertissement : des scènes ou des propos peuvent heurter la sensibilité des lecteurs

 Le mot de Amalia Aguirre pour Mademoiselle Butterfly

Mademoiselle Butterfly

Il est des moments rares où l’inattendu et le fantasmatique font irruption dans la banale quotidienneté. Il faut chérir avec piété le souvenir de ces instants-là.

"En circulant le long des porte-cintres où éclosait (oui, je sais) la mode de la saison prochaine, je l’avais remarquée qui m’avait remarquée et qui avait remarqué que je l’avais remarquée. Encore qu’elle eût évité, avec une réserve que j’imaginais tout orientale, de me dévisager. Et de fait, elle était remarquable : gracieuse comme un haïku, délicate comme une céramique Song, exotique comme un aphorisme taoïste, énigmatique comme un idéogramme chinois..."

Quatrième de couverture :

Tu sais, je ne l’ai jamais caché : j’aime l’amour des femmes autant que j’aime l’amour des hommes, avec la même reconnaissance et la même avidité. Autant me comble une bite longue et massive plongée dans la brûlure exquise de mon ventre, autant me plaît la bouche et les doigts de l’aimée me ventousant et me touillant con et cul pour ma plus grande félicité. Sincèrement, je n’ai pas de préférence, tous les sexes m’agréent quand le désir s’en mêle, mais je reconnais volontiers que le bonheur érotique suprême consiste à me livrer tout entière, nue, abandonnée, ouverte, inondée, aux fougueux assauts conjugués d’un mâle en rut et d’une femelle embrasée.

 Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Découvrez Amalia Aguirre :  Auteur ambassadeur chez Edition999

La France est à l'honneur avec l'auteur francophone Amalia Aguirre

 Lire son interview avec Edition999

  • Avis (54)

    Messages

    • Ma chérie, combien je suis heureuse d’arriver la première pour te redire ici ce que tu sais déjà puisque tu nous as fait, à Annabel et à moi, la gentillesse de nous offrir ta nouvelle en avant-première. Amalia que j’aime tant, tu es une véritable magicienne. Car il n’y a qu’une magicienne pour parvenir à faire ainsi naître le désir par la seule grâce et la seule délicatesse de tes mots. En te lisant, j’ai donné beaucoup de plaisirà mon con et je t’en suis une nouvelle fois reconnaissante. Tu manies le langage à la manière d’une fée qui n’aurait pour unique but que d’ensorceler son auditoire. Combien est adorable et follement excitante ta rencontre avec Mademoiselle Butterfly. Je te promets que cette histoire hantera longtemps ma mémoire et je te promets aussi que je t’apporterai le même indicible plaisir (on me dit experte en la matière !...) quand enfin on se retrouvera, toi, Annabel et moi. En attendant j’embrasse tes lèvres et je mignotte ta marmotte, comme dirait la petite Jézabelle.
      PS : On n’en peut plus de se désirer avec Annabel. On a donc décidé de se voir une première fois sans toi (tant pis pour toi, la belle, tu n’as qu’à être là au lieu de traîner à Prague...) Bien entendu, tu sauras tout, on te racontera...
      Répondre à ce message
    • La nouvelle est courte mais plus excitante, tu meurs ! Encore une fois votre magie opère. Vous possédez un don unique, celui de faire vivre l’érotisme, de lui donner corps et d’en faire un hymne. C’est très beau, Amalia, et c’est très émouvant. Mon admiration pour vous ne connaît plus de bornes. Je vous embrasse chaleureusement.
      Répondre à ce message
    • Très chère auteure, naturellement je guettais votre nouvelle et je ne suis pas déçu. C’est une nouvelle fois un enchantement, un vrai plaisir de lecture et un autre de pure volupté. Vous savez quoi ? Je me dis que si vous vous décidiez à écrire sur la crise monétaire, par exemple, vous arriveriez encore à insuffler à votre texte cette inimitable sensualité qui est sans doute votre première qualité. Je vous en prie, chère Amalia, promettez-nous encore d’autres textes !....
      Répondre à ce message
    • Ma grande chérie d’amour que j’aime, Lucileet moi on adore comme deux dinguottes ta mademoiselle Papillon ! Lucile et moi on était grave trempées à te lire et on a été obligées de s’entre-masturber pour nous soulager la marmotte. J’ai joui, j’ai joui, je t’explique pas comme j’ai pris mon pied d’autant plus que ma si jolie cousine n’est pas une manchotte pour me faire reluire. Je trouve que tu écris de mieux en mieux mais je me dis que je déconne parce que tu as toujours écrit comme une princesse, c’est peut-être seulement que je suis très très très excitée parce que tu m’as écrit en privé rien que pour moi des choses adorables et qui m’ont mis le coeur KO debout. On se voit bien tôt, dis ?
      Répondre à ce message
    • Hou là là ! Grandes eaux dans ma foufoune à la lecture de ton dernier opus ! Bref, d’accord, mais d’une intensité maximale. Et comme toujours écrit avec cette élégance qui est ta marque et qui fait toute la richesse de ta prose. Je suis séduite et même plus que cela. Je suis folle de toi, écrivaine majuscule !!!
      Répondre à ce message
    • Ma toute belle, je vois que Kristel, la coquine, m’a prise de vitesse. Putain, que je t’admire ! J’adore ton écriture ! Ton vocabulaire, ton style, tout, tout, tout ! Tu écris si bien que tu nous ferais aimer une sorcière ! Sans blague ! Kristel ne te l’a pas dit, mais on s’est masturbées ensemble par portable... ! C’est elle qui lisait (elle lit très bien et elle a une voix très séduisante) et on se branlait le clito de concert... Grand moment !!! Bon, elle t’a vendu la mèche, on se voit mardi soir. Il y a comme qui dirait urgence. Tu sauras tout et si tu es bien sage, peut-être qu’on t’appellera... En tout cas, on va s’entraîner pour bien te recevoir quand tu rentreras en France... On sera deux, ma mignonne, pour s’occuper de toi...Tu n’en réchapperas pas !...
      Je t’embrasse, petite caille, sur ton ventre tout doux, sur la pointe de tes deux joyeux petits seins et bien sûr sur ta chatte.
      Répondre à ce message
      • Merci, ma douce, d’avoir pensé à me laisser ce message. Je suis heureuse que Krystel et toi vous vous voyiez mardi soir, et vous avez bien raison de ne pas attendre mon retour. De toute façon, ma chérie, sache que de mon côté je ne chôme pas !... Il y a à Prague une quantité incroyable de nénettes plus séduisantes les unes que les autres, je ne sais plus où donner de la tête et de la langue !... Je t’embrasse la chatte, ma chérie. Répondre à ce message
      • Anabelle, je rêve de notre prochaine rencontre, et cen’est pas un message comme celui-là qui risque de calmer la fièvre que j’ai de toi, de Kristel, de vous deux. Que cette année décède vite !!! Un baiser amoureux pour ta fente, mi amor... Répondre à ce message
    • Chère Amalia, j’ai lu tes trois textes ce week-end et je suis tout à fait emballée par ton écriture suggestive qui m’a donnée bien des émotions. Je dois t’avouer que je suis très étonnée par le nombre de femmes qui t’avouent leurs caresses, leur plaisir et leurs orgasmes et qui en parlent devant tout le monde avec autant de liberté. Alors, pour sacrifier à la mode et parce que c’est vrai que c’est très excitant de parler comme ça de sa chatte, je t’avoue à mon tour que tes textes m’ont tellement excitée que moi aussi je me suis branlé le minou en te lisant, me donnant ainsi plusieurs orgasmes vraiment vraiment délicieux. Et figure-toi que j’ai lu ton "Madame Butterfly" alors que ma copine Sophie (elle dit d’ailleurs que je suis le sosie de la nana de la couverture) me léchait et me doigtait le con. J’ai connu une explosion de jouissance tellement bonne que j’ai eu bien du mal à réintégrer ensuite le présent. Tu sais, j’aime vraiment beaucoup la littérature érotique, mais je ne me souviens pas d’avoir jamais lu des bouquins aussi excitants que les tiens. Je crois que ça vient avant tout de la qualité magnifique de tes textes, dont on sent que tu les as beaucoup travaillés. Et je crois que ça vient aussi de leur sincérité, car on devine que tu es une jeune femme qui adore baiser et se faire baiser. Je me trompe ? J’ai lu aussi dans les commentaires que tu n’hésitais pas à rencontrer les nénettes qui te plaisent. Oui, j’aimerais te plaire et te rencontrer, de plus tu es tout à fait le style que j’aime : blonde, mince, des petits seins, des jambes longues et des cuisses lisses. On dirait ton portrait, non ? Bon, je ne vais pas te soûler plus longtemps, mais si cela te tente de baiser avec une petite Eurasienne, tu n’as qu’un mot à dire et l’affaire est emballée. J’embrasse ta chatte, ma chère Amalia.
      Yukio
      Répondre à ce message
      • Quel message adorable que le tien, petite Yukio (tu portes un prénom vraiment délicieux) ! Et tentant, ô combien ! Je suis heureuse que tu te sois donné autant de plaisir en me lisant, et je regrette vraiment de n’avoir pas été celle qui te léchait la chatte pendant que tu lisais "Mademoiselle Butterfly". Non, tu ne te trompes pas, j’aime baiser autant que j’aime être baisée, je crois que ça se devine dans mes textes... Et si réellement tu es le sosie de la jolie nénette qui apparaît en couverture de ma nouvelle, bien sûr que je désire te rencontrer - et plus, plus, plus si affinités !...! J’imagine que tu sais, puisque tu as lu les commentaires, que je ne suis pas actuellement en France, que je ne rentrerai qu’au tout début de l’année prochaine. Ca nous permettra de faire connaissance par mail, de préparer en quelque sorte le terrain et de bien nous exciter pour le grand jour ! Ne t’en fais pas, je vais me débrouiller pour obtenir ton adresse (de fait, je bosse pour la CIA....). J’embrasse doucement ta bouche, la pointe sensible de tes nénés, ton ventre tout doux, tes deux tendres et jolies fesses et le trésor qui se dissimule dans leur raie... Répondre à ce message
    • Ta "Mademoiselle Butterfly" restera pour moi un sommet de l’érotisme, écrit avec une délicatesse extrême et un sens aigu de la sensualité. Je l’ai lue et relue en me branlant le clitoris et en me doigtant la vulve, et plusieurs orgasmes m’ont soulevé le ventre. Je te les dédie.
      PS : J’ai lu aussi tes deux autres livres et je les adorés l’un et l’autre, bien qu’ils ne soient pas ressemblants dans leur style. Mais on retrouve dans les deux ce même talent pour évoquer le plaisir et la jouissance. Je trouve que tu es une superbe écrivaine.
      Répondre à ce message
    • Un condensé de votre art érotique, bref mais d’une suggestion sans pareille. Je reste en admiration.
      Répondre à ce message
    • C’est en lisant vos textes qu’on saisit parfaitement la différence entre l’érotisme et la por...phie (fais chier, ce filtre anti-spam !) . Autant la por...phie me laisse froide et me paraît infantile et risible, autant l’érotisme (et le vôtre en particulier) m’émeut et fait naître dans ma tête et mon vagin d’irrésistibles envies de me faire jouir, chose que j’ai accomplie, d’ailleurs, à l’aide d’un joli gode, cadeau de mon ami, qui m’a amenée à un orgasme incroyable qui m’a ébranlé des pieds à la tête, en passant naturellement par mon très sensible con. Je vous en remercie, ravissante Amalia, et (vous allez vous moquer !) je me prosterne devant votre fente, fente que j’imagine des plus douillettes et des plus veloutées...
      Répondre à ce message
    • (suite) et je l’ai bien raide. Pourtant, je vous jure bien que je n’ai pas mégoté sur le sperme... C’est fou ce que vous me faites fantasmer !...
      Répondre à ce message
    • C’est magique, excitant et, comme à votre habitude, écrit avec une sûreté de style étonnante. Vous ne cessez de me surprendre et me ravir. Quelle belle auteure vous êtes !
      Répondre à ce message
    • Très chère Amalia, encore un bijou rare, votre "Mademoiselle Butterfly", et très, très excitant. Décidément, vous avez l’érotisme et la sensualité dans le sang. Et bien sûr, je me suis gentiment branlée, comme d’habitude, en vous lisant. Avec, pourtant, une petite et exquise nouveauté : un plug planté là où vous savez... Je plains vraiment mes congénères féminines qui n’aiment pas la sodomie...
      Répondre à ce message
      • Ma chère Rachel, non seulement vous m’offrez le bonheur de vous avoir comme fidèle lectrice, mais en plus vous me ravissez avec votre éloge de la sodomie. Pour mon humble part, j’y ai été initiée très tôt par un monsieur d’une prévenance et d’une douceur incomparables et, depuis, je n’ai plus jamais pu m’en passer, que ce soit par un sguègue bien solide ou par un vibromasseur manoeuvré avec amour par une amante. Vous prêchez donc une convaincue !!! Merci pour le "bijou rare" qui me touche plus que je ne saurais dire. Et toutes mes amitiés et mes tendresses à votre visiteur de derrière... Répondre à ce message
    • Ma belle chérie, tu m’as encore profondément ému la chatte avec ta Mademoiselle Butterfly. Et je te dois un bel et nouvel orgasme, administré par mes doigts inspirés par ta si excitante nouvelle. Je suis baba devant ton pouvoir d’évocation et ton indiscutable capacité à mettre le feu au vagin des ces dames et de ces demoiselles (je m’en rapporte à ce qu’elles te confient si joliment dans leur commentaires) - et je me compte bien évidemment dans le lot ! J’attends d’autres textes de toi avec une folle impatience et j’embrasse ta fente en y glissant la langue... Tu es dans mon coeur, très chère Amalia !
      Répondre à ce message
      • Elvire que j’aime très très beaucoup, un grand merci pour ton si joli message. Je me réjouis, tu t’en doutes, que ma Miss Papillon t’ait inspiré ce bel et nouvel orgasme, et tu remercieras tes doigts si inspirés de te l’avoir offert. (Je les suce d’ailleurs avec volupté.) Ma fente s’émeut de la caresse de ta langue et me demande de t’offrir à mon tour un baiser pénétrant sur ton petit trou... Répondre à ce message
    • Tombée encore une fois sous le charme puissant de ton écriture. Et un nouvel orgasme que je te dois. Et une mystérieuse Asiatique qui reste dans ma mémoire et l’enflamme. Et un émoi durable dans ma chatte et une persistante excitation de mon clitoris. Voilà les symptomes, exquise et folle Amalia. Qu’en penses-tu ? Faut-il opérer ? J’embrasse tes lèvres avec une infinie tendresse.
      signé : l’autre Jézabel
      PS : As-tu remarqué que ce sont surtout les femmes qui viennent te dire leurs exploits branlatoires ?... Quelle conclusion en tires-tu ?
      Répondre à ce message
      • Te revoilà donc, petite autre Jézabel ! J’en suis heureuse, et heureuse aussi de t’avoir tant émue avec mon texte. Maintenant, en ce qui concerne une éventuelle opération sur ta vulve, je n’en verrais qu’une : un déluge de nouvelles caresses à la fois superficielles et profondes, jusqu’à l’explosion ou l’implosion (au choix). J’embrasse ta bouche avec lubricité...
        PS : Pourquoi les femmes sont-elles plus dissertes que les hommes avec moi .A vrai dire, je ne sais pas exactement. Peut-être parce qu’elles sentent en moi une soeur en luxure, une tendre et attentive complice. En tout cas, je suis aux anges qu’elles partagent avec moi les tempétueux mais délicieux orages de leur ventre... Répondre à ce message
    • Je l’incline, le membre raide, devant votre talent. Bravissimo !
      Répondre à ce message
    • Merci, chère Amalia, pour cette très jolie nouvelle, digne de Régine Desforges et d’Anaïs Nin. Grosse émotion dans ma culotte... Un baiser amoureux...
      Répondre à ce message
    • Quelle magicienne érotique tu es, très chère Amalia ! J’ai beaucoup mouillé à la lecture de ta dernière nouvelle et mes doigts ont eu leur bonne dose de gymnastique. Quelle belle écriture tu maîtrises, et quel style envoûtant ! J’adore me branler le vagin en te lisant, Amalia chérie, tout en rêvant quemesdoigts sont les tiens, qui me portent au plaisir. (Ta photo me plaît beaucoup, je te trouve d’une élégance et d’une beauté à couper le souffle...)
      Répondre à ce message
    • Un texte merveilleux ! Et qui m’a profondément ému la fente... Je te dois un orgasme magnifique... Et je vais vite lire tes autres productions. Je t’embrasse, avec fièvre et tendresse.
      Répondre à ce message
      • Très chère Valérie, quel plaisir pour moi que ton plaisir ! Je suis heureuse et fière d’être la responsable de ton orgasme magnifique. Je vais publier prochainement ici une nouvelle inédite intitulée "Meyya". J’espère qu’elle sera pour toi l’occasion de jouer derechef avec ta fente et ton clito. J’embrasse ta bouche, profondément. Répondre à ce message
    • Voilà véritablement un des textes les plus ensorcelants que j’aie jamais pu lire dans le domaine de l’érotisme. C’est bien simple, séduisante Amalia, j’en suis encore toute mouillée... Et je crois bien que je vais dorénavant hanter les grands magasins, en espérant croiser le chemin d’une soeur de votre Mademoiselle Butterfly !
      Répondre à ce message
    • J’ai débordé, Amalia, à la lecture de ta merveilleuse nouvelle. Et je n’ai pu m’interdire de me donner du plaisir en rêvant à ta si enjoleuse Melle Butterfly. Je n’ai encore jamais connu d’aventures féminines, mais ton texte m’inspire un très trouble désir de caresses lesbiennes. Le tout début d’une inédite vocation ? Je ne sais pas, mais si un jour je m’abandonne à la chose, tu en porteras une part de responsabilité... Je t’embrasse, Amalia.
      Répondre à ce message
      • Tendre et émouvante Nora, sache que si, un jour, tu te décides à goûter aux amours féminines, je veux bien en porter toute la responsabilité. Au reste, je ne peux que te conseiller de te livrer au plus vite aux ébats lesbiens, je suis bien certaine que tu ne le regretteras pas. Au plus vite, car quand il est question de bien jouir, il n’y a pas de temps à perdre. J’embrasse ta bouche amoureusement, Nora. Répondre à ce message
      • Merci, belle Amalia, pour ta si gentille réponse à mon commentaire. Mais il faut que je te dise que je suis passée à l’acte, pas plus tard que cette nuit, entre les bras et sous la bouche de Gentiane, la meilleure amie de ma fille, pour qui (je m’en aperçois seulement maintenant) je ressentais un désir insidieux depuis bien longtemps. C’a été absolument fabuleux, c’était notre première aventure féminine à toutes les deux, mais je peux t’assurer que l’envie que nous avions l’une de l’autre nous a donné du génie pour débusquer l’orgasme !... Et pour ma part, je ne pensais pas que mon ventre était capable de produire autant de jus... Alors, je ne dirai qu’une chose : vive toi et vive la littérature érotique !!! Répondre à ce message
    • Comme tes autres textes, celui-ci est absolument troublant, excitant et particulièrement mouillant ! Impossible de te lire sans faire eau de toutes parts ! Et à force d’écoper, n’est-ce pas ? surviennent le plaisir et l’orgasme... Bref, je me suis donné bien du plaisir à te lire, et c’est toujours un grand bonheur lorsque, comme avec ta littérature érotique si bien écrite, le plaisir de l’esprit se joint à celui du corps. J’embrasse tendrement ton clito, que j’imagine des plus doux et des plus sensible...
      Répondre à ce message
REDIGER UN AVIS
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message




  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.