Edition999
La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Littérature > Le Coquelicot

Le Coquelicot (2017)

Sylvie de Monte (Auteur)

Nombre de pages : 491

Cliquer sur l'image Pdf, Epub ou Mobi pour télécharger votre livre.

Les statistiques du livre


378 Lectures

5 /5 sur 12 votants

1077 visites

Evaluer le livre


Ajouter une critique

Thème : Littérature

 ISBN : 9791034301362  

( Version du 16 novembre 2020 )

 Le mot de Sylvie de Monte pour Le Coquelicot

Jeanne a bien du mal à assumer sa différence. Pour l’y aider, on va l’envoyer dans un chalet dit "à caractères sanitaires", grande bâtisse dont l’adolescente va littéralement tomber amoureuse, amoureuse de ses vieilles pierres et de ses parquets chantants. Elle va apprendre qu’elle n’est pas seule à être différente, et qu’il y a autant de différences que d’êtres humains, réflexion qui ne lui simplifiera pas la vie pour autant. Bienvenu au royaume d’Asperger. Mais où est-il ce royaume ? Il a ses places et ses palais, ses douloureux méandres et ses bonheurs.

 Quatrième de couverture

Jeanne se tenait adossée au mur d’une chambre de maternité. Elle aurait voulu s’y fondre, se faire oublier, disparaître de ce cercle de matrones qui se vautraient dans les délices de maternités passées ou à venir.
La sueur lui courait le long de l’épine dorsale. Elle n’osait lever les bras de crainte que ses aisselles ne révèlent de larges auréoles brunes. La chaleur ambiante lui avait coloré les joues et elle en sentait désagréablement le feu. Elle était, là, en train de subir un épouvantable choc thermique. Ses jambes flageolaient. Ses synapses étaient au bord de l’asphyxie.
Mais pourquoi n’ouvrait-on pas une fenêtre ?
Une espèce de chose circulait de bras en bras. Elle faisait produire aux femmes présentes de délirantes onomatopées, comme si, subitement, plus aucune d’entre elles n’avait été en mesure d’articuler une phrase grammaticalement correcte, le centre du langage définitivement grillé par une surcharge d’émotions que Jeanne ne partageait pas.

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Sylvie de Monte

Après quelques publications de nouvelles, je tente le roman. Sans prétention.

 Dernières parutions de l'auteur

Amandine

Amandine est bien connue au village. Une mésaventure avec Chat-Roux l’a fait tomber dans les escaliers. Enfin remise sur pieds, elle retrouve son ami Petit-Pierre, compagnon de ses aventures dans le bois de la (...)

2018

Le Jus de la Citrouille

Georges se demandait ce qu’il faisait là ! Il jeta un regard envieux à la table des plus vieux qui discutaient humblement en hochant la tête.

2021

Domaine

Un enfant jouait parmi les galets et ses boucles riaient par ricochets...

2018

Un message, un commentaire ?

7 commentaires

  • 13 février, par jmh

    On quitte Jeanne avec regret. Ses joies, ses peurs et ses tourments prennent corps petit à petit. Ses sentiments ambivalents nous obsèdent jusqu’à l’infini. Heureux de voir que Jeanne à bien franchi le pont...

    • ^ 14 février, par de Monte Sylvie

      Bonjour

      Merci de votre gentillesse...
      Jeanne a bien franchi le pont, sans doute...mais Asperger ne s’en va jamais ...puisqu’il s’agit de cela.
      Les censeurs de l’enfance et de l’adolescence restent les mêmes à l’âge adulte.
      Mieux vaut vivre caché.
      Bonne journée à vous...et prenez soin de vous, selon la formule consacrée actuellement.

      de Monte Sylvie.

    • ^ 16 février, par jmh

      Bien sur, j’aurais du dire UN pont... Quant à vivre caché, on peut faire comme pour la lettre cachée...plus difficile mais pas impossible...Je me suis engagé dans la lecture de vos autres oeuvres. Votre vision du monde m’interpèle beaucoup et me bouleverse aussi...A suivre...

  • 13 octobre 2020, par Frédéri MARCELIN

    Bonjour Sylvie.
    Le préambule "Les limbes" à votre roman le Coquelicot, que j’ai lu et relu, est magnifique, j’ai vraiment adoré. Vous êtes mon contraire, j’ai une forte tendance à faire court, vous êtes dans l’excès opposé.
    Votre style est agréable, vous semblez écrire comme une rivière quoi coule...Mais franchement, c’est trop long, En tout cas bravo, et bonne continuation...Comme ils disent dans les restaurants.
    F. Marcelin

    • ^ 13 octobre 2020, par de Monte Sylvie

      Bonjour
      Trop long ?
      Peut-être...
      Peut-être pas ...
      Je peux aussi faire court : le Picotin ... Marée Basse ...Ou changer de genre : lette à un petit zèbre ...
      Cordialement.
       :-))

  • 25 août 2019, par Odile Scappaticci

    J’ai beaucoup aimé ce livre,certains passages m’ont paru un peu longs, mais nécessaires .
    Cette belle expérience à permise à Jeanne de grandir et de s’accepter.
    As t’elle bien comprise qui était vraiment Lisette ?
    J’espère que beaucoup d’ados découvrirons votre livre et bonne continuation

    • ^ 29 août 2019, par de Monte Sylvie

      Bonjour,
      Merci de votre gentille appréciation.
      Cela me touche beaucoup.
      Qui était vraiment cette Lisette ? Jeanne l’avait-elle bien compris ?
      Je ne le sais.
      Dans le roman, Lisette est un personnage pas très sain, lui-même en devenir. Jeanne aura au moins su lui échapper - et, paradoxalement, grâce à son " handicap"- pour connaître sans rien demander à personne, au moment venu,
      son "heure de gloire"...
      Cordialement.
      de Monte Sylvie.

 Dans le même rayon : Littérature

SOMBRES CRÉTINS (essai critique sur les relations sociales)

" Les relations sociales constituent une perversion des relations humaines. Tout ce qui de gré ou de force vous est imposé dans votre environnement et institué par le pouvoir ne vise qu’un seul et unique objectif : votre (...)

Méléna

Méléna n’est plus là pour vous dire son récit. Depuis longtemps sa voix s’est perdue dans l’oubli. Le vent l’a recherchée dans les bois frémissants, sur les dunes fuyantes et les monts réticents. Nulle part il n’a trouvé l’empreinte de ses (...)

Réflexions oisives sur le monde

Il arrive souvent que l’on se trompe sur les individus. Les gens sont rarement conformes à l’idée que l’on se fait d’eux car derrière l’apparence, il y a toujours le moi indéfinissable.