">

652 vues

Malrouve

Nombre de pages : 220

Fantastique

JPEG - 36.2 ko
Malrouve

Louis Chaudet, un homme d’une bonne trentaine d’années, revient dans le centre aéré de son enfance. Le corps d’un enfant vient d’y être découvert, assassiné par un dangereux maniaque rôdant toujours dans les environs. Ce dernier a laissé derrière lui un étrange message. Peint sur l’un des murs de l’ancienne ferme, située au cœur même du vaste domaine, il évoque un mystérieux "Maître des Orvets". Seuls Louis et son ami d’enfance, un dénommé Jean-René, connaissent la signification de cette obscure appellation. Un détail macabre qui va les replonger dans les eaux troubles d’un passé quelque peu occulté...

L’interview de Ludovic Careau

Ce titre est suivi de "Les chroniques de Malrouve : Argoterra"


 Signaler un problème de lecture

  • AVIS (2)

    • 1. Malrouve, 7 mars 2016, 08:09, par Stéphanie PEREZ

      Merci à l’auteur de m’avoir transportée dans un monde imaginaire extraordinaire. Quelle imagination et quelles aventures. je suis ravie de pouvoir commencer la suite.

      • 1. Malrouve, 7 mars 2016, 17:16, par Ludovic Careau

        Votre commentaire m’a énormément surpris et touché. "Malrouve" est une première oeuvre, un roman de jeunesse, comme on dit. Je suis ravi qu’il vous ait plu. Encore merci.

        L’auteur

REDIGER UN AVIS

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message




  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

En savoir plus sur Ludovic Careau

 Auteur ambassadeur chez Edition999

 lire son interview avec Edition999

 Né en 1970 à Angers (Maine-et-Loire). Ludovic Careau s’inspire de toute une littérature fantastique qui le précède. Un genre quelque peu méprisé en France mais apprécié dans les pays anglo-saxons. Il aime par dessus tout la littérature fantastique du XIXe siècle et du début du XXe (...) 

Consultez la page Ludovic Careau d'Edition999

C'est vous qui le dites