En parlant de Sang

par Évelyne Thinet

Léonard De Vinci disait : "La vague se meut sous l’épiderme de l’eau." Il percevait l’indicible, l’invisible. Imaginez un peu : ne garder que la vague sans le fracas et le mouillé de l’eau ! Dans ce que je viens de lire de Jean Michel Pailherey, il y a la houle, l’écume, l’âme de la vague humaine. La fascination de l’horreur et le meurtre sont le cadeau naissance de la nature humaine. Plus de quatre mille ans d’évolution et nous en sommes au même point : toujours ce besoin de croire, croire en la bonté, à la charité, à la liberté, l’égalité, la fraternité… Le problème ce n’est pas dieu c’est ce besoin de croire, croire que l’homme n’est pas un monstre.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.