En parlant de QUELQUES JOURS DANS LA VIE DE JULIE

par Jézabel

Je suis grave vénère, je t’avais fait un message et j’ai l’impression qu’il s’est fait bistouquer par Anastasie. Anastasie, je te signale, c’est comme ça qu’on appelle la censure, j’ai appris ça en cours d’histoire et je pensais pas tomber si vite sous ses grands ciseaux. Je sais même plus ce que je te disais, mais je crois pas que c’était des cochoncetés phénoménales ce qui fait que je comprends pas pourquoi je suis passée à la trappe. Je t’écrivais juste pour le plaisir de t’écrire parce que j’aime bien penser à toi, ça me fait tout chaud tout chaud dans la zigounette. Au fait, j’ai fait lire ton truc à Lucile et ça l’a mise dans un état pas possible et je crois bien qu’elle m’a violée sauf que c’était pas vraiment un viol parce que je crois bien que j’étais assez consentante, tu vois. Bref c’était superhotet on s’est bien amusé, je dirais. J’attends de tes nouvelles et je t’embrasse tout doux tout doux, Amalia.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.