En parlant de QUELQUES JOURS DANS LA VIE DE JULIE

par Kristel Vars

Vilaine Amalia, "luronnes obnubilées par leur fente et leur cul", dis-tu. Quelle mauvaise langue tu fais ! Encore que j’imagine volontiers qu’elle est exquise, ta langue, quand elle explore le con et le cul d’une amante. Décidément, tu me rends folle de toi !...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.