En parlant de QUELQUES JOURS DANS LA VIE DE JULIE

par Amalia Aguirre

Chère Jézabel, si tu dis vrai, tu es une véritable petite coquine ! Remarque bien que je ne pense pas un seul instant à t’en faire le reproche : le seqse, c’est comme le piano et le violon, il vaut mieux commencer jeune... Au reste, d’explorer ainsi ton corps et les chemins de ton plaisir, cela te rendra très certainement plus experte, plus tard, en ce qui concernera la jouissance de tes amants et de tes amantes. C’est aussi à ça qu’est bénéfique l’autoérotisme. Je t’embrasse donc avec affection, chère Jézabel, et je t’encourage à poursuivre les caresses que tu dispenses à ton zigouigoui, comme tu dis. Un bisou langoureux, aussi, à ta cousine Lucile.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.