En parlant de QUELQUES JOURS DANS LA VIE DE JULIE

par Elvire Mons

Chère Amalia, évidemment que ta réponse me satisfait. D’autant plus que je n’espérais pas vraiment en obtenir une de toi, du moins sur ce sujet-là. Et je suis très touchée par le baiser tendre qui clot ta réponse. Venant de toi, de la femme que je devine que tu es, il m’est une véritable caresse, une véritable joie qui me remue le ventre. Petite confidence de moi à toi : je continue de revenir à ton livre pour me donner du plaisir. Je ne m’en lasse pas. Tu vas croire que je suis folle. Peut-être bien que je suis folle au fond. Mais c’est si bon d’être folle en ton aimable et si compréhensive compagnie. Vive l’autoérotisme ! Je t’embrasse, belle et douce amie.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.