384 vues

Nos Muscles Nous Tuent

Nombre de pages : 32

Publié le 1er mars 2018

Alexandre DEVALOIS (Auteur)

 sur une moyenne de 20 votes

Après la découverte de l’électricité, des ondes radio, de la fission nucléaire, de la radioactivité, des rayons X, de la théorie de la relativité, ou encore après l’invention de la turbine à vapeur, du moteur à combustion interne, de la télévision, de l’ordinateur, d’internet, moi jeune étudiant, débutant une formation en ingénierie, j’étais persuadé que tous les plus grands secrets de ce monde avaient déjà été dévoilés et qu’il était totalement impossible en 2014, pour un jeune de 26 ans, de faire une nouvelle découverte révolutionnaire.
J’avais tort...

Plus de 80% des personnes sur cette planète souffrent de douleurs de dos
Ce livre a été écrit pour eux.

En observant avec attention les personnes qui nous entourent, celles que nous connaissons, notre famille, nos amis nos parents, mais également celles qui nous sont étrangères ; les étrangers dans la rue, les sportifs de haut niveau ou encore les célébrités, peu importe leur race, leurs convictions, leur religion, leur rang social, toutes ces personnes, lorsque elles se tiennent en position debout ou assise ont une posture qui leur est propre.

Quand je parle de posture, je veux parler de la manière dont on tient le corps, la tête, les membres dans l’espace et souligner que ce maintien du corps peut être volontaire ou non volontaire.
C’est à dire que la contraction volontaire des muscles permet de changer notre posture (quant je contracte mes muscles abdominaux par exemple le haut de mon corps a tendance a s’incliner vers l’avant) mais que également la contraction involontaire des muscle change notre posture.

  • Avis (0)

REDIGER UN AVIS
modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.