398 vues

La planète Stéropes est un monde peuplé...

Publié le 12 mars 2018

Erbaf (Auteur)

 sur une moyenne de 2 votes

La planète Stéropes est un monde peuplé...

La planète Stéropes est un monde peuplé d’hommes-animaux originaires de la Terre. Falquin Bellequeue est un homme-renard qui figure au bas de la liste de la Nomenclature des Races. Cet ancien voleur de la Guilde de Rocheblanche ( capitale de l’Occicadie ) tente de survivre dans un environnement hostile en dissimulant sa nature de cagot et en se faisant passer pour un chien ordinaire. Ce premier volume ( aventure indépendante) fait partie d’un cycle de six tomes et s’apparente aux oeuvres inscrites dans notre mémoire collectives et traitées par Ovide, la Fontaine, Walt Disney, Robert Crumb et, bien entendu, le Goupil du Roman de RenarT ( auteur inconnu). Au menu : magiciens cinglés, mutants mal embouchés, monstres de la nuit improbables, colosse en slip-kangourou...

Le fuyard courait parmi les ombres tristes de la forêt.
Il transperçait les buissons, sautait par dessus les fossés, dérapait avec adresse sur les traîtres cailloux qui se glissaient sous les semelles de ses bottes usées.
A quelques centaines de mètres derrière lui retentissaient les aboiements, les sons de cors et les cris de la meute lancée à ses trousses.
Falquin, l’homme-renard, venait une fois de plus d’être trahi par sa queue.

L’affaire ne devait poser aucun problème.
C’est ce que lui avait assuré Astor l’homme-rat.
La cassette se trouvait bien à sa place sur l’autel de pierre du temple de Ratablistra.
Falquin portait la longue toge safran ratablistrienne. Cet habit sacerdotal avait été conçu par Dame Hertisia. Les petits disques de verre et de cuivre tintaient agréablement sur les manches bouffantes de l’habit et les volants de dentelle, qui ornaient son large col, répondaient aux couleurs sacrées de ce culte champêtre.

  • Avis (4)

    Vos commentaires

    • Le 2 avril 2018 à 17:58, par Yorg-Sogoth En réponse à : Le roman de l’homme renard. un conte plein de fraicheur...

      Voila un petit conte plein de fraîcheur et d’arnaque qui rappellera de bons souvenirs aux amateurs des Fables de l’Humpur ou aux inconditionnels de Cugel l’astucieux. Le tout se laisse lire très agréablement. Merci pour ce (bon) moment (pour ne pas paraphraser une auteure à succès...) et peut-être à bientôt dans quelque taverne...

      • Le 3 avril 2018 à 10:04, par cyril fabre ( erbaf) En réponse à : Le roman de l’homme renard. un conte plein de fraicheur...

        Je suis très heureux, quoiqu’assez tremblant, d’avoir été lu par un démon aussi célèbre que vous Yorg-Sogoth.
        Vos commentaires me vont droit au coeur comme la flèche dans sa cible, merci.
        Idem avec votre comparaison avec LE Cugel de Jack Vance, je trouve que ce personnage est l’un des plus intéressent de la littérature dite de fantasy et ( mon) Falquin est en quelque sorte son cousin germain, votre commentaire m’incite à penser que je suis parvenu à mes fins et je revendique leur appartenance à la même famille. Vous connaissez certainement le Cycle des Epées de Fritz Leiber ? Ou le cycle de "La jungle nue" et, l’autre, sur les vampires ( le nom m’échappe) de ce bon vieux Phillip José Farmer ?
        Ces auteurs populaires ont été ( avec STEPHEN KING) les premiers à aborder les thèmes du sexe, de la drogue, à s’appuyer sur un humour très noir et décalé, à mettre en scène des anti-héros remplies de défauts ordinaires qui pensent à sauver leurs peaux avant de sauver les mondes ( vous serez certainement d’accord avec moi) ? C’est à ce genre de trucs que j’essaie de coller. Je vais me renseigner sur les Fables de l’Humpur que je ne connais pas, merci pour le tuyau et surtout, pour votre commentaire et votre lecture. Je ne connais que trois personnes ayant lu mes bouquins et aujourd’hui, c’est une bonne journée pour moi. ( bientôt la suite, dès correction, si cela vous dit). A bientôt, dans une taverne, si vous passez vers Nîmes, où même ailleurs, surtout n’hésitez pas. Stop ! J’arrête. Cyril.

      Répondre à ce message

    • Le 17 mars 2018 à 11:49, par Nallet En réponse à : Le style fantasy n’est pas perdu avec Erbaf

      On se croirait plonger dans un univers parallèle à celui de Tolkien .....Au début, on a un peu de mal mais petit à petit on finit par se prendre au jeu ....Je trouve que l’auteur est fâché avec le point virgule ce qui casse le rythme perdant un peu de fluidité .....mais on sent une volonté de son auteur Erbaf de faire partager au lecteur , sa passion pour le roman fantasy....

      • Le 19 mars 2018 à 11:03, par cyril fabre ( erbaf) En réponse à : Le style fantasy n’est pas perdu avec Erbaf

        Merci pour vos commentaires et la comparaison avec JRR Tolkien, même si cette dernière est un peu excessive, cela fait toujours plaisir. Et puis, pas de nains, de trolls, d’elfes, dans ce roman naturaliste mais d’ordinaires hommes-bêtes comme vous et moi.
        Promis, les suites seront ponctuées de points-virgules ! En attendant d’autres commentaires au fil de votre lecture. Très cordialement. Cyril.

      Répondre à ce message

REDIGER UN AVIS
modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.