La plateforme gratuite de diffusion littéraire

Accueil > Classique > Contes

Contes

Charles Perrault (Auteur)

Nombre de pages en A4 : 91

Version publiée le 6 décembre 2011

Les statistiques du livre


765 Lectures
0 Lectures / 31 jours


2.5 /5 sur 4 votants


1777 visites

Evaluer le livre


Thème : Classique

 La quatrième de couverture

Il était une fois un Roi et une Reine, qui étaient si fâchés de n’avoir point d’enfants, si fâchés qu’on ne
saurait dire. Ils allèrent à toutes les eaux du monde ; voeux, pèlerinages, menues dévotions, tout fut mis en
oeuvre, et rien n’y faisait. Enfin pourtant la Reine devint grosse, et accoucha d’une fille : on fit un beau
Baptême ; on donna pour Marraines à la petite Princesse toutes les Fées qu’on pût trouver dans le Pays (il
s’en trouva sept), afin que chacune d’elles lui faisant un don, comme c’était la coutume des Fées en ce
temps−là, la Princesse eût par ce moyen toutes les perfections imaginables.

 La première page

2253082287

  

  Signaler un problème avec l'ebook gratuit.

Biographie de Charles Perrault

Charles Perrault est né en 1628 et mort en 1703. Contrôleur général des bâtiments du roi, il est mêlé aux choses littéraires de son siècle par fameuse "querelle des Anciens et des Modernes". Jusqu’alors, la conception littéraire était dominée, depuis la Renaissance, par le sentiment de la supériorité des...

 Autres(s) parution(s) de l'auteur

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre Message

 Dans le même rayon : Classique

Chéri-Bibi et Cécily

Cinq mois après les événements que nous venons de raconter, dans Les Cages flottantes, la Ficelle, qui avait six millions dans sa malle, débarquait à Palmerston, petite capitale naissante du territoire du nord, dans l’Australie septentrionale. Un bon port, (...)

La Prisonnière - Partie 2

Les grosses plaisanteries de Brichot, au début de son amitié avec le baron, avaient fait place chez lui, dès qu’il s’était agi non plus de débiter des lieux communs,

Les trois mousquetaires

Le premier lundi du mois d’avril 1625, le bourg de Meung, où naquit l’auteur du Roman de la Rose,